Galerie Medusa, Bayeux 2016

Exposition collective « D’en voir le fruict j’ai grand desir », Créations contemporaines autour du Manuscrit de Bayeux, Galerie Medusa, Bayeux (14), exposition collective, 06 au 28 février 2016.

Le travail que je présente est constitué de deux encres superposées et réalisées séparément l’une de l’autre. Le format de l’ensemble est de  65 x 81 cm. L’encre verticale à gauche est posée sur un lit de brou de noix ; elle rappelle l’enluminure du Manuscrit. L’encre principale, sur la droite, est mélangée avec de la peinture à l’huile rappelant le violet de Bayeux. Les traces horizontales renvoient aux partitions, les petites taches rondes aux notes anciennes. Les zones grisées en arrière-plan des traces violettes font directement écho à la transparence du papier du Manuscrit, laissant apparaître les motifs de la page au verso. L’ensemble des deux encres est posé sur un fond de pages, de l’épaisseur d’un livre, en écho direct au Manuscrit. Le tout est fixé sur un fond en bois épais, renvoyant à la couverture du livre. La composition des deux encres est exactement aux dimensions des pages du Manuscrit de Bayeux.

Au delà de ce parallèle entre le travail proposé et le Manuscrit de Bayeux (contrainte libre des organisateurs de l’exposition), ce travail est une référence personnelle entre l’approche sensible de l’encre, et de l’art pictural en général, avec celui de la musique. Cette référence est double pour moi puisqu’elle me rappelle tout l’attachement que j’ai avec mes amis peintres japonais, pour qui l’encre a une importance immense. Lors de l’un de mes voyages au Japon, j’avais été visiter l’un d’entre eux à 2h de train au nord de Tokyo. Ce peintre m’avait ouvert en grand sa maison et son atelier. Étant également passionné de musique ancienne, avant de partir, il m’avait « initié » à un instrument traditionnel et montré les partitions non moins traditionnelles. Le parallèle est frappant avec justement le Manuscrit de Bayeux…